Instinct indigène

 

Le langage du corps

29/03/2021

Le langage du corps

A l'approche de l'équinoxe, une rage de dent s'est déclenchée. Une douleur comme j'en ai jamais eue.
J'ai crié toute la nuit, pendant 12h me dit ma femme.

 

Le dentiste me file une ordonnance pour me calmer, j'étais pas arrivé à la pharmacie que la douleur disparaissait.
Je prends quand même les médocs, j'ai peur que cette douleur revienne.

 

Un jour et une nuit tranquille puis c'est le week-end de l'équinoxe.

La douleur revient, elle dépasse les médocs. C'est moindre, je ne crie pas mais bon je morfle et me recroqueville... fichue douleur.

 

Un ami est là pour l'occasion. Il suit le sentier lui aussi, je l'écoute.

« Rage de dent... rage dedans, rage dehors »

Et bing !

Décrire sa douleur, la qualifier peut aider à décoder ce qui la provoque, dit-il.
Je sais qu'il a raison, c'est cartésien, tout est lié.

 

Les mots qui me viennent sont glacial, froid. Je la décris comme ça bien que n'ayant pas la sensation de froid.
De fait, je zappe, ça ne correspond pas.

La douleur revient plusieurs fois encore, flippant vu que je suis sous médoc.
Jusqu'au moment où je regarde à nouveau : glacial, froid encore... et là, je vois clairement en moi ce qui y correspond.
Je sors de cette posture énergétique... la douleur diminue drastiquement dans la seconde, bingo !

 

Soulagé et méfiant, je ne m'emballe pas mais en même temps je sais que j'ai touché quelque chose de profond. La douleur résiduelle est plus proche de la gêne qu'autre chose. La hutte s'en charge, elle disparaît totalement, j'arrête de prendre l'anti-douleur.

 


Quand le corps parle, l'univers parle.

 

A nous de savoir l'écouter.

Service facile et accessible à tous

Commencer
Fabriquez votre site avec