Instinct indigène

 

Fin 2011, j'en arrive à un sentiment inébranlable. Je me mets alors à parler à l'eau et aux arbres, à méditer.

Début 2012, je découvre l'existence de la vigile dite quête de vision qui tout de suite m'attire.

 

Etre seul dans la forêt et tenir son feu...

 

 

Pour l'instant, je m'inscris et c'est là un début de cadre pur moi. J'étais un alcoolique qui ne s'ignorait plus et le processus de la quête commence naturellement à me cadrer.

 J'arrive en quête-vigile en mars 2012.


C'est la découverte, je résonne définitivement avec ce rite que je vis d'abord comme une échappatoire, un refuge, un espace dans lequel j'explore l'Harmonie.
L'être regarde ses peurs dans le miroir de la forêt puis rentre dans la danse de l'univers. Apprendre à se détendre et laisser venir.

 

Le cadre rituel qui m'a permis de vivre cela est clairement une force, celle de la Tradition.

De retour à Paris cependant, j'intègre la profondeur du terrier du lapin et je m'enivre.
 
C'est le début de mon sentier.

 

Je passerai entre 2012 et 2021 par 7 quêtes, 7 périodes de vigilance.

 

 

Comme un tableau qui se dessine au fur et à mesure, les vigiles m'amènent à me connaître plus profondément, réaliser là où il est bon pour soi de mettre ses pas.

 

Service simple et gratuit

Créer un site Internet gratuit
Votre blog avec